encyclopédie

Nettoyage et triage

Comment fonctionne une ligne de nettoyage et triage

Le nettoyage est une opération au cours de laquelle des impuretés non désirées sont dissociées de la culture essentielle. Par impuretés constituées on entend les grains échaudés, les grains d’autres céréales, les grains attaqués par les prédateurs et les grains chauffés par séchage, les brisures. Les autres impuretés sont les graines d’autres cultures, l’ergot et d’autres corps étrangers tels que le sable, les pierres, les adventices, etc… Un exemple de nettoyage est la séparation des tiges, glumelles , enveloppes, pailles etc… dans une ligne post-récolte.

Le triage, ou calibration, est une opération durant laquelle la matière principale est décomposée en catégories en fonction de critères établis, par exemple selon la taille, la couleur, le poids, etc… Un exemple de triage peut être la semence de maïs en fonction de la taille, ou la calibration du sarrasin avant décorticage

Le nettoyage tout comme le triage peut passer par différents types d’outils fonctionnant selon différents principes. C’est par la combinaison de ces différents principes qu’on obtient l’effet de nettoyage voulu. Lors du nettoyage et du triage sont exploitées diverses propriétés des constituants. Parmi les les principes de différenciation de base figurent:

1) le tri par taille
2) le tri aérodynamique
3) la séparation magnétique
4) le tri densimétrique
5) le tri colorimétrique

1) le tri par taille
Le tri selon l’épaisseur et la largeur est effectué sur des tamis, le tri sur la longueur se fait sur des trieurs alvéolaires. Le tri par tamis est en pratique le plus répandu. Le tamis décompose le mélange trié en une fraction de dimension supérieure à l’ouverture du tamis supérieur et une fraction de dimension inférieure à l’ouverture du tamis inférieur. Ce principe de base est utilisé par les modèles JCC et JCM. Ces deux gammes d’outils sont complétées par un tri aérodynamique et les JCM aussi par un tri magnétique.

Le tri en fonction de la longueur s’utilise pour la dissociation des impuretés longues et courtes (rondes).Un exemple d’impuretés longues sont les folles avoines dans le blé. Un exemple d’impuretés rondes est la nielle des blés ou les vesces. Pour ce type de tri, c’est le trieur alvéolaire JCT qui est utilisé.

2) tri aérodynamique
Il s’agit d’un tri provoqué par flux d’air. Les particules ayant une vitesse de portance plus basse que la culture essentielle sont aspirées par un flux d’air. Ce principe s’utilise dans les colonnes d’air des JCC et JCM ainsi que sur les autres appareils équipés de colonnes d’air. Ce système est également appliqué avec succés en entrée par les pré-nettoyeurs à air JAM avant le nettoyage par tamis. Pour l’élimination des impuretés effectuée par flux d’air avant le ventilateur sont utilisées des chambres de détente, sortes de systèmes cycloniques : les JVE.

3) tri magnétique
les impuretés métalliques comme les agrafes de convoyeurs (TC), clous, bouts d’électrodes et autres sont dissociées à l’aide de séparateurs magnétiques. Les colonnes d’air JAB sont en standard équipées d’un aimant permanent très puissant. Sur les autres appareils il est possible de compléter par un séparateur magnétique JMS ou le modèle JMS.R plus efficace encore.

4) tri densimétrique
la densité, ou le poids volumétrique est un des paramètres essentiels permettant le tri de parties de mêmes dimensions, mais ayant un poids différent. Les parties légères surnagent sur la couche de surface alors que les parties plus lourdes restent au contact du tablier qui effectue des mouvements en sens inverse du flux des grains, permettant ainsi la dissociation. Ce système s’utilise par exemple pour l’épierrage ou bien lors du nettoayge de mélanges après décorticage pour la séparation des balles, grâce à l’épierreuse JGD et au concentrateur gravitaire JGC. Ces outils dissocient deux fractions et sont plus faciles à paramétrer que des tables densimétriques.

L’autre outil utilisant le principe de fluide est la table densimétrique JGT. Elle focntionne suivant un schéma identique à celui de l’épierreuse, toutefois elle arrive à décomposer le mélange en un nombre plus élevé de fractions. Ces outils s’utilisent pour le tri de petites graines comme le pavot, le lin etc… ou pour le nettoyage de semences et l’élimination de grains fusariés.

5) tri colorimétrique
C’est le modèle de tri le plus récent. Les trieurs optiques sont capables d’analyser individuellement chacune des graines et selon une programmation donnée les différencie soit par la forme soit par la couleur. Ces trieurs sont généralement utilisés en phase finale de triage, avant ensachage par exemple, dans des lignes de décorticage ou dans des lignes alimentaires. Les trieurs optiques sont également capables d’éliminer les cailloux, les grains fusariés, les sclérotes et aussi le verre.